Hubert Languet monarchomaque

Un regard anglais

Contenu de l'article principal

Adrien Boniteau

Résumé

Depuis le XVIIe siècle, l’historiographie tente en vain de saisir l’identité de l’auteur des Vindiciae contra tyrannos (1579), l’un des principaux traités monarchomaques. Deux hypothèses sont traditionnellement retenues par les historiens : Hubert Languet et Philippe Duplessis-Mornay. L’historiographie francophone la plus récente tend à privilégier Mornay. Néanmoins, l’étude des deux versions de l’Arcadia de Philip Sidney, l’ami le plus proche de Languet, l’Old Arcadia (vers 1580) et la New Arcadia (1590), montre que Sidney présente des idées politiques très similaires à celles des Vindiciae et qu’il les attribue même à Languet. Un tel témoignage mériterait d’être pris en compte par les historiens. Bien qu’il ne prouve pas en lui-même que Languet soit le père des Vindiciae, il révèle que le huguenot en partageait la philosophie. De plus, cette source amène à penser que la piste Languet, trop souvent écartée par l’historiographie francophone, n’est cependant pas à exclure : une telle hypothèse apparaît même relativement pertinente.
Comment citer

Comment citer

[1]
Boniteau, A. 2020. Hubert Languet monarchomaque. Revue d’histoire du protestantisme. 5, 2-3 (déc. 2020), 225-251. DOI:https://doi.org/10.47421/RHP5_2-3_225-251.
Formats de citations