Anne Robert et la condamnation de la secte des Multipliants

(Montpellier, mars-juin 1723)

Contenu de l'article principal

Otto Selles

Résumé

Le 6 mars, 1723, Louis de Bernage, intendant du Languedoc, fait arrêter à Montpellier un groupe de protestants assemblés dans la maison d’Anne Robert, veuve du marchand Jean Verchand. Cette étrange secte des Multipliants représente un des chapitres les plus étonnants de l’histoire du protestantisme français au xviiie siècle. À travers une nouvelle analyse des documents de la procédure, on comprend mieux pourquoi Anne Robert, membre de la bourgeoisie montpelliéraine, accueillit le groupe chez elle, y subventionna la construction d’un lieu de culte extraordinaire et participa de plein gré aux cérémonies multipliantes, malgré de multiples mises en garde de la part de ses voisins et amis. L’examen détaillé du procès dévoile les préjugés et les hésitations des autorités, tant à Montpellier qu’à Versailles, devant un tout nouveau développement dans le protestantisme français, situé entre la guerre des Camisards et l’expansion de l’Église du Désert.

Comment citer

Comment citer

[1]
Selles, O. 2019. Anne Robert et la condamnation de la secte des Multipliants. Revue d’histoire du protestantisme. 4, 1 (mai 2019), 51-108.
Formats de citations