Karl Barth : la grâce et le sérieux

Détresse et promesse de la prédication chrétienne en modernité liquide

Contenu de l'article principal

Guilhen Antier

Résumé

Relisant « Détresse et promesse de la prédication chrétienne », la célèbre conférence de Barth (1922), on en dégage trois axes en vue de tester la pertinence de la prédication chrétienne dans une modernité liquide prompte à évacuer de l’horizon humain la question du réel. On s’intéresse d’abord au rapport entre l’Écriture comme donnée consistante et la Parole comme événement immaîtrisable dans un contexte marqué par la tentation identitaire. On aborde ensuite la notion de grâce comme expression du mystère que l’être humain demeure pour lui-même, en lien avec la problématique anthropologique de l’institution du sujet. On développe enfin la catégorie du sérieux en explicitant son héritage kierkegaardien et en invitant la prédication chrétienne à se lester d’une certaine gravité permettant de cultiver le sens de l’impossible, seul à même de féconder le champ des possibles.
Comment citer

Comment citer

[1]
Antier, G. 2019. Karl Barth : la grâce et le sérieux. Revue de Théologie et de Philosophie. 151, 3 (nov. 2019), 229-245.
Formats de citations