Anticatholicisme au Royaume-Uni et antiprotestantisme en France à la fin du XIXe siècle

Un jeu de miroirs ?

Contenu de l'article principal

Géraldine Vaughan

Résumé

L’histoire de l’antiprotestantisme en France sous la IIIe République a été renouvelée notamment par les travaux de Jean Baubérot et de Valentine Zuber qui ont montré comment l’antiprotestantisme confessionnel « traditionnel », animé par des milieux laïques et catholiques, s’était mué en un antiprotestantisme « politique » aux accents parfois racistes. Or, les expressions de haine vis-à-vis des minorités religieuses trouvent leur pendant au Royaume-Uni à la même époque. Dans un contexte britannique protestant majoritaire, ce sont les catholiques, en situation de minorité, qui sont visés par les invectives ultra-protestantes. Le présent article s’attache à étudier dans une perspective comparatiste les manifestations de deux mouvements « anti » diamétralement opposés dans leurs objets de haine – les catholiques outre-Manche, les protestants côté français – mais semblables par leurs méthodes et leurs desseins. Méthodologiquement, il s’appuie notamment sur la typologie dressée par le politiste Anatole Leroy-Beaulieu dans son ouvrage Les doctrines de haine, paru en 1902.

Mots-clés:

antiprotestantisme , anticatholicisme , sécularisation , Anatole Leroy-Beaulieu , histoire comparée

Comment citer

Comment citer

[1]
Vaughan, G. 2022. Anticatholicisme au Royaume-Uni et antiprotestantisme en France à la fin du XIX<sup>e</sup&gt; siècle. Revue d’histoire du protestantisme. 7, 2 (août 2022), 231-244. DOI:https://doi.org/10.47421/RHP7_2_231-244.
Formats de citations