Ruben Saillens et la Mission populaire évangélique

Contenu de l'article principal

Daniel Travier

Résumé

Ruben Saillens (1855-1942) n’est pas un inconnu au Musée du Désert, pour y avoir présidé des cultes mais aussi comme auteur de La Cévenole qui est systématiquement chantée aux assemblées annuelles.


Ruben Saillens est né à Saint-Jean-du-Gard dans des familles cévenoles touchées par le Réveil et appartenant soit à la communauté darbyste, soit à l’Église Évangélique Libre. Répondant à un appel pour être évangéliste, il rencontre en 1873 le révérend Robert McAll qui vient de fonder la Mission aux ouvriers de Paris. Il y est engagé l’année suivante et en devient une des chevilles ouvrières. Il fonde en 1878, à Marseille, une mission sur le modèle parisien. Elle se développe très rapidement, multipliant les salles sur la côte méditerranéenne. En 1883 l’œuvre bien lancée fusionne avec la mission McAll qui devient alors la Mission Populaire Évangélique. Ruben Saillens retourne à Paris auprès de son mentor. En 1888 il fonde une Église baptiste et les liens se distendent avec la mission en 1890. Il s’en détachera totalement quelques années plus tard.


Baptiste convaincu, Ruben Saillens poursuivra un riche ministère pastoral et d’évangéliste de manière indépendante dans toute église faisant appel à lui, quelle que soit son obédience. Il initie les missions sous la tente, les conventions chrétiennes et fonde l’Institut Biblique interdénominationnel de Nogent-sur-Marne en 1921.

Comment citer

Comment citer

[1]
Travier, D. 2022. Ruben Saillens et la <i>Mission populaire évangélique</i&gt;. Revue d’histoire du protestantisme. 7, 1 (mai 2022), 107-116. DOI:https://doi.org/10.47421/RHP7_1_107-116.
Formats de citations