Puritanisme et politique en Angleterre dans la première moitié du XVIIe siècle

Contenu de l'article principal

Jean-Pierre Poussou

Résumé

Le terme de puritain ne désigne pas seulement une attitude, un comportement : il vient d’une situation historique et correspond à la volonté d’une partie importante des protestants anglais de la seconde moitié du XVIe siècle et de la première moitié du XVIIe que l’Église « établie » par Élisabeth Ire devienne réellement calviniste. Les puritains veulent en outre que chacun observe une discipline morale, les « saints » en donnant eux-mêmes l’exemple. Ni la reine ni son successeur Jacques Ier ne partageaient leurs idées ; les relations furent donc difficiles mais elles tournèrent à l’affrontement lorsqu’à partir de 1625 régna Charles Ier, partisan de l’arminianisme, mouvement protestant qui tient à la hiérarchie ecclésiastique et rejette la prédestination. Jusqu’en 1640 le roi et Laud, archevêque de Canterbury, muselèrent les puritains mais les erreurs de leur politique religieuse avec l’Écosse amenèrent un conflit qui en 1640 obligea le roi à appeler deux parlements successifs. Celui qui se réunit le 3 novembre 1640 fut sous domination puritaine. Il priva le roi de ses pouvoirs et procéda à une véritable révolution qui déboucha sur une guerre civile. Le camp parlementaire, dont les puritains constituaient la force principale, surtout sur le plan militaire, l’emporta. Mais, une fois au pouvoir et le roi exécuté (janvier 1649), ils ne purent s’accorder sur de nouvelles structures religieuses ni fonder un nouveau régime. Parallèlement, la disparition en 1640 de la censure et l’effondrement du rôle de l’Église d’Angleterre permirent la multiplication des sectes auxquelles adhérèrent de nombreux puritains. C’est ainsi que de réformateurs de l’Église établie ils devinrent les adhérents de nouvelles églises. La victoire des puritains avait ainsi eu pour conséquence qu’ils étaient devenus des Dissidents.
Comment citer

Comment citer

[1]
Poussou, J.-P. 2020. Puritanisme et politique en Angleterre dans la première moitié du XVII<sup>e</sup&gt; siècle. Revue française d’histoire du livre. 141, (nov. 2020), 233-275. DOI:https://doi.org/10.47421/rfhl141_233-275.
Formats de citations