L’influence de la pensée socio-politique britannique des XVIIe et XVIIIe siècles sur les « Lumières » orthodoxes en Russie

Contenu de l'article principal

Irina Khruleva

Résumé

L’adoption des idées occidentales en Russie fut un processus complexe, dépendant de leur adaptation au contexte social et politique russe. Le rapprochement entre la Russie et la culture britannique commença principalement après la visite en Angleterre, en 1698, de Pierre Ier. Bon connaisseur des auteurs anglais des XVIIe et XVIIIe siècles, Théophane Prokopovitch, l’un des principaux idéologues du tsar, se contente pourtant d’adopter le côté formel de leurs réflexions. Sa justification du pouvoir étatique absolu n’est pas sans rappeler le Léviathan de Thomas Hobbes. Dans ses réflexions sur l’égalité, une idée chère aux Lumières, le métropolite de Moscou, Platon II, recourt en fait à la théologie et aux principes moraux de l’orthodoxie. Les « Lumières orthodoxes » offrent ainsi une synthèse des cultures laïque et sacrée, de la théologie traditionnelle et des nouvelles pratiques intellectuelles occidentales.
Comment citer

Comment citer

[1]
Khruleva, I. 2020. L’influence de la pensée socio-politique britannique des XVII<sup>e</sup> et XVIII<sup>e</sup&gt; siècles sur les « Lumières » orthodoxes en Russie. Revue française d’histoire du livre. 141, (nov. 2020), 101-112. DOI:https://doi.org/10.47421/rfhl141_101-112.
Formats de citations